vivre en cinéma

 

 

projection du film Jean Vigo : cinéaste de notre temps de Jacques Rozier (1964, NB, 1h30), le dimanche 4 mai à 19h, proposé par Extérieur Nuit dans le cadre de son intégrale Jacques Rozier

 

Pour fêter ses 20 ans d’existence, Extérieur Nuit choisit Jacques Rozier, le cinéaste auquel « le présent appartient ». Nul mieux que lui ne filme la grâce fugitive et aléatoire de l’instant présent. Nul mieux que lui ne cesse de faire du cinéma.

Cette programmation s’inscrit dans la manifestation Vivre en cinéma : histoire(s) de famille et elle est dédiée à Francis Romanetti

Le cinéma, c’est comme la vie. Ce n’est pas définissable autrement que par l’expérience qu’on en fait, qui la dit toute
entière et n’en dit jamais qu’une partie...

Sylvie Pierre - Trafic n°50 - Qu‘est-ce que le cinéma ?

LE FILM :
Jean Vigo : cinéaste de notre temps de Jacques Rozier (1964, 90’, nb)
J’ai fait le film selon la même méthode que Citizen Kane : qui était vraiment le citoyen Vigo ? Ses collaborateurs, ses amis, parlent de lui 30 ans après sa mort. On découvre
alors un Vigo complètement
anar, très farceur et à l’opposé de son image des histoires du cinéma, du côté « Rimbaud du cinéma » qui
lui colle à la peau.

Jacques Rozier, Les Inrockuptibles.

JACQUES ROZIER
Cinéaste culte, auteur de Rentrée des classes, Blue Jeans et de Adieu
Philippine
, films fondateurs de la Nouvelle Vague, Jacques Rozier reste
étrangement peu ou mal connu d’une large partie du public Français. Ses
quatre longs-métrages sortis en quarante ans de carrière, ont marqué l’histoire
du cinéma comme des miracles d’humour, d’intelligence et de liberté.
Son oeuvre complète est importante puisqu’elle compte trente et un films,
courts métrages, films pour la télévision et films inachevés. Il tourne actuellement
un long-métrage, Le Perroquet bleu, du côté de Marseille.

Les films de Rozier ne sont pas seulement d’une grande justesse critique,
ils sont aussi, tout à la fois, d’une drôlerie et d’une mélancolie qui, en célébrant
la vie dans la fragilité même de son passage, dans la grâce fugitive et
aléatoire de l’instant, touchent au coeur même de la condition humaine.

J. Mandelbaum, in Jacques Rozier, le funambule, éd. Cahiers du cinéma/ « Auteurs »


Des histoires de transmission, une fois encore, et de transmission par
le cinéma. Parce que, quand même, le cinéma n’est pas un art comme les
autres. C’est le seul art où, quand un cinéaste en admire un autre, il peut
lui demander de venir jouer en chair et en os dans son film. Quand Godard
(...) fait venir Fritz Lang pour Le Mépris c’est un moment unique (...) Tout
cela veut dire que le cinéma a un rapport complètement original à la « filiation
 » et que quand ce rapport s’arrête comme aujourd’hui, il risque bien
de s’arrêter aussi et de se retrouver remplacé du jour au lendemain (...) par
un visuel produit génétiquement.

Serge Daney, L’exercice a été profitable, Monsieur, éd. POL.



Une manifestation d’Extérieur nuit en collaboration avec l’INA
Marseille
, le Polygone étoilé (Film flamme), le cipM et la compagnie,


Extérieur Nuit célèbre ses 20 ans à La Vieille Charité dans son berceau ; la
salle de cinéma du Miroir et du cipM. En mai 1988, Extérieur Nuit y initiait
les premières manifestations en cinéma, avec Berlin-Hollywood, Weimar en
exil
, autour du travail éponyme de Jean-Michel Palmier. Elle a organisé en
ce lieu une vingtaine de manifestations originales, remarquées au niveau
européen, de 1988 à 1993, puis en 1995, en 1996, et en 2004, dont John
Cassavetes : continuité
 ; Les images de Godard ; Pier Paolo Pasolini, poète
et cinéaste
 ; Jean Eustache ; Les années Tanner ; Pierre Zucca, hommage à
un auteur
 ; Serge Daney, hommage des passagers au passeur ; Tonino
Guerra, poète et scénariste
 ; Retour à Jean-Michel Palmier. Une dizaine de
manifestations ont été crées dans d’autres lieux, entre autres Ciné-Belsunce, en plein air et en salle, de 1991 à 2000.

Francis Romanetti et Michèle Berson ont fondé l’association Extérieur Nuit le
2 mai 1988. Francis est décédé le 16 juillet 2004. Vivre en cinéma lui est dédié.

Manifestation et programmation réalisées par Michèle Berson