soirée RIAM à la compagnie

 

 

Samedi 27 février la compagnie accueille RIAM, pour une soirée conférence avec Samon Takahashi & Emanuele Carcano et une projection de Aurélien Froment, à 19h.

 

pour + d’informations voir le site RIAM

CONFÉRENCE
LOW PROFILES
(aperçu historique de l’esthétique low-fi)
par Samon Takahashi & Emanuele Carcano

Samon Takahashi mêle musique et art contemporain sans compartimenter ni borner ses pratiques. Ses pièces sont-elles à voir ou à entendre ? Est-il drôle ou engagé ? Takahashi joue sur le sens et les sons, il entremêle l’utile et l’agréable jusqu’à la perte des repères. En ressort un univers drôle, poétique mais aussi reflexif.

www.erratum.org/old/takahashi/

Emanuele Carcano est éditeur de musique se consacrant aux avant-gardes, de la poésie sonore à la musique électronique. Il est le fondateur du très respecté label “Alga Marghen”, Milan (Charlemagne Palestine, Pierre Bastien, Luc Ferrari, Henri Chopin, François Dufréne, ...).

www.algamarghen.com

Une proposition de Upgrade ! Paris.

PROJECTION
THÉATRE DE POCHE de Aurélien Froment

La démarche d’Aurélien Froment emprunte la forme d’une constellation dans laquelle les œuvres placent le visiteur au sein d’une sorte de scénario ouvert. Ses films, photos et livres fonctionnent comme des bribes d’histoires interrompues, où la question de la construction narrative, qu’elle soit dans la fiction ou le documentaire, occupe une place centrale. Il crée un espace où les technologies de l’image, et les gestes qui en découlent, sont mis en perspective, se superposent, se distinguent, s’influencent et se combinent, explorant le pouvoir sémantique des images.

Dans le film Théâtre de Poche, un magicien distribue des images provenant de différents contextes et les recombine de manière associative. L’artiste s’inspire du magicien des années 1930, Arthur Lloyd, connu également comme "l’indice des cartes de l’homme". N’utilisant pas les trucages de la prestidigitation, son répertoire consistait en l’apparition sur sa veste de toutes les images demandées par le public, depuis la tour de Pise à un reçu de pharmacie. Le caractère générique des images, qui semblent flotter dans l’air, est troublé par la dimension très organisée de la construction visuelle. Le magicien établit un dialogue entre un "souffleur" et deux autres personnages (le Valet de Pique et le Valet de coeur) qui défait la correspondance entre l’attente du spectateur et le hasard intrinsèque à l’illusionnisme.

http://www.kadist.org/