Lire et manger le livre avec Paul-Emmanuel Odin


Lire et manger le livre avec Paul-Emmanuel Odin

pour tout âges, tout public
prochaine séance mercredi 27 novembre 14h-17h

MPG2019, année de la gastronomie en Provence

séances passées :
31.05.19 avec les artistes de 143 rue du désert
22.06.19 Portes ouvertes avec les habitants
13.09.19 à l’Alcazar
28.09.19 de 16h à 18h suivi du pot de clôture de l’exposition 143 rue du désert
5.10.19 de 14h à 16h à l’îlot Velten pour les 60 ans du Contact Club
2013, autour du projet d’Özlem Sulak à Velten

Merci de bien prendre contact avec nous (ici : info@la-compagnie.org) quelques jours avant la date de chaque rituel pour nous remettre la couverture du livre que vous choisissez de lire et de manger en fonction de l’axe thématique du jour et nous dire si vous faites et venez avec un gateau à transformer en livre


Nous aimons tellement les livres que nous les mangeons. Nous réalisons des livres en gateaux, avec couverture imprimée sur du sucre. C’est une façon d’interroger le sens toujours inavalable (parce que vivant) du poétique. Manger l’irreprésentable et représenter l’immangeable s’entrecroisent. L’étrangeté des livres mangeables est l’occasion de rituels culinaires et culturels.

Ce rituel culinaire et culturel part de l’idée qu’en mangeant des livres leur contenu  rentre directement dans nos têtes.

Vous voulez cuisinez et lire un livre mangeable ? Faites une des recettes que l’on vous donne ou faites celle que vous voulez (dans un moule rectangulaire de préférence) Amenez votre gâteau à la compagnie avec le livre que vous avez choisi de lire et de manger Nous imprimerons votre couverture sur une feuille de sucre avec de l’encre alimentaire et confectionnerons le livre mangeable.

Et nous vous attendons pour lire un extrait de votre livre et le manger ensemble.

Les enfants qui normalement ne veulent pas lire ne peuvent tout à coup plus s’empêcher de vouloir lire encore et encore !


Démystifier les livres par l’oralité (paroles et patisseries)

Ce rituel culinaire et culturel s’adresse à un public de 5 à plus de 100 ans. Il est important que le groupe soit hétérogène, divers, varié, avec des personnes non seulement de différents âges, mais de différents horizons, de différentes origines, de différentes classes. Cette multiplicité se réfléchira dans le choix des livres qui seront aussi différents que possibles les uns des autres.

Le rituel se prépare pendant une semaine à dix jours, avec la question adressées au public : quel livre voudrez-vous lire et manger ? Tout le monde peut participer, même, et surtout, les personnes qui ne lisent pas, qui ne savent pas quoi lire. Justement, la question – curieuse, étrange – fait que c’est une occasion autre que seulement lire : il s’agira de lire, et de manger, c’est-à-dire de vivre.

Vivre la lecture, telle est l’idée précisément. Redécouvrir la lecture, par la lecture collective.Quand une personne ne sait pas quel livre lire, on l’aide à choisir, on se renseigne en fonction du type de livre désiré pour trouver celui qui plaira. Pendant la préparation, il est aussi posée la question : quel goût aura le livre que vous lirez ? quelle recette imaginez-vous pour manger votre livre, où le livre de quelqu’un d’autre ?


Le livre Manger le livre de Gérard Haddad

«Manger de l’écriture en commun, moment fondateur du sentiment de groupe dans un acte cannibalique singulier, manifestant avec éclat cette passion, amour et haine confondus, de l’être humain pour le signifiant.»

«En ce moment privilégié, par son incorporation de signifiant, l’homme renouvelle le pacte fondamental qui le lie au langage.»

« Ne savons-nous pas que les livres passionnants «se dévorent» quand d’autres sont «indigestes»? Les exemples de métaphores alimentaires concernant les livres sont légion dans la littérature.»

« On fait manger à cet enfant [l’enfant qui commence à apprendre à lire] le premier œuf pondu par une poule sur lequel le maître écrit une formule mentionnant le Nom. Des coutumes pédagogiques touchantes se rattachent à cette prescription. Dans certaines communautés la première leçon de lecture consiste à écrire sur une tablette certaines lettres recouvertes ensuite de miel. Pour cette première fois, le jeune élève n’a pas à déchiffrer les inscriptions mais à lécher le miel jusqu’à l’effacement – donc l’incorporation – de l’écriture. Des pratiques analogues consistent à préparer pour le jeune élève des gâteaux en forme de lettres qu’il mangera. L’explication immédiate de ces coutumes pédagogiques – associer une expérience gustative plaisante à l’étude, par conséquent déplacer sur cette dernière la jouissance orale -, replacée dans le champ que nous tentons de frayer, paraît bien dérisoire. »

Gérard Haddad, Manger le Livre – Rites alimentaires et fonction paternelle, ed. Fayard-Pluriel, 2010 ; Grasset, 1984.

Share
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!