exposition en cours 8.02.18-14.04.18 Raphaëlle Paupert-Borne La montagne des nuées

vernissage jeudi 8 février 2018 à 18h
exposition du 8 février au 14 avril 2018
du mercredi au samedi  15.00-19.00 – entrée libre

remerciements : Susanna Shannon, Jean Laube, Anne Vidal, Fabiola Amaudric du Chaffaut, Claude Cherel, Joël Yvon, Jean-François Neplaz, Séverine Préhembaud

L’exposition à la compagnie sera constituée pour une part de dessins et peintures qui ont été acteurs dans le nouveau film en cours de finalisation Abel et Caïn, et pour une autre part de créations, dessins et peintures réalisés spécialement pour l’exposition. Ce sera aussi l’occasion de présenter quelques films, La montagne des nuées, issu directement d’Abel et Caïn (et qui donne son titre à l’exposition), mais aussi des super-8 avec son personnage Fafarelle. C’est l’actualité récente du travail de Raphaëlle Paupert-Borne qui se trouve concentrée et développée, dans les rapports qu’elle tisse entre peinture et cinéma.

Communiqué de presse
Feuille de salle
Texte curatorial

///
projections autour de l’exposition

15.03.18 à 19h à la compagnie Cinépantomimes à Belsunce, en partenariat avec le Polygone étoilé – Film flamme
28.03.18 à 19h30 au cinéma Gyptis : deux films de Raphaëlle Paupert-Borne  L’Abeille de Déméter + Marguerite et le dragon avec Jean Laube

///
Pour info, autres expositions à venir de Raphaëlle Paupert-Borne

du 17 mars au 5 mai 2018 au Gallifet Art Center 52 rue Cardinale 13100 Aix en Provence et
du 4 mai au 9 juin 2018 à la galerie Béa-Ba, à l‘occasion du Printemps de l‘Art Contemporain (voir sur le site galerie-bea-ba.com)

///

Raphaëlle Paupert-Borne

Elle expose son travail en France et à l’étranger depuis une vingtaine d’années. Sa production artistique met en œuvre différents médiums : films, performance, dessin, peinture, photographie. Elle enchevêtre récit personnel, saisie du réel, ou grands mythes, entre légèreté et gravité. L’œuvre se nourrit ainsi pour une grande part de son environnement, des proches ou des anonymes croisés au détour des jours, de ses voyages, des paysages. Il ne s’agit pas tant de les reproduire que d’en extraire des scènes, des gestes, des instants, des figures qui vont engendrer des tableaux et donner forme à un sentiment de la vie. Le sujet est toujours libre, libre de ce qu’il est, libre de toutes qualités, traversé aussitôt par plusieurs dimensions hétérogènes. Des choses de la vie ordinaire au bonheur des corps dans leur nudité ou leur étreinte, tout est bon à prendre sous le pinceau ; ses peintures mélangent l’ordinaire et le somptueux, le rebut et le monument, le grandiose et le modeste. En somme, l’œuvre de Raphaëlle Paupert-Borne est conçue comme une danse, une danse à deux temps articulant deux dimensions du langage, celle de la peinture et celle du cinéma. Toute l’œuvre de l’artiste est une recherche pour rassembler ces deux pôles, créer des zones de porosité, des espaces d’aimantation semblables à la vie même où le réel le plus quotidien rejoint inévitablement, si l’on y prête attention, l’art et la mythologie. Chaque film de Raphaëlle Paupert-Borne est alors un documentaire, non pas au sens d’un reportage, mais au sens d’un prélèvement d’un moment éprouvé, de sorte que chaque prise est faite toute entière du vécu et compose progressivement son épopée personnelle. Sa dernière pratique poursuit cette quête, sur cette double modalité. Entre deux corps, Abel et Caïn. Entre deux médiums, le cinéma et la peinture. Entre deux temporalités, l’instant présent et l’histoire.

Raphaëlle Paupert-Borne est née à Lyon en 1969, elle vit et travaille à Marseille.
voir la page de Raphaëlle Paupert-Borne sur le site documentsdartistes.org

This post is also available in: ENG

Share
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!