09.02.19 Finissage de l’exposition ENCORE : de 17h à 19h visite avec les artistes et projections de livres filmés à 19h

visuels : Ambre Petitcolas, Xavier Labesse, Paul-Emmanuel Odin

Nous vous invitons à venir fêter le finissage de l’exposition ENCORE avec une dernière visite de l’exposition avec les artistes ce samedi 9 février de 17h à 19h, suivi d’un pot convivial.
La soirée sera suivie de projections pensées en dialogue avec le travail des artistes, et cela en trois temps.
• en regard de l’actualité marseillaise, deux témoignages filmés avec des habitants de Noailles, une proposition du collectif de cinéastes solidaires pour constituer une parole et une mémoire après le drame du 5 novembre
• une sélection de livres filmés par de jeunes artistes de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence
• un film double-écran de Paul-Emmanuel Odin

«En séjournant auprès du récit photographique de Valérie Horwitz qui est lié à l’effet d’une maladie qui rend la peau photosensible, j’ai pensé à cette installation que j’avais réalisée en 2006 la nuit avec une technique photographique (transcrite pour l’occasion en vidéo avec un programme informatique) d’écriture de la lumière à la lampe de poche : la sensualité de la lumière sur les corps était comme l’unique motif de cette recherche pour percer le sens invisible d’une maladie, d’une faiblesse.
Et Gary Hurst a, en somme, réalisé un livre filmé en filmant le dictionnaire de Catarina Inês Gomes Moraes et ses lectures par des femmes d’aujourd’hui. C’est à cela que répondent les livres filmés réalisés par de jeunes artistes de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence.» P.-E.O.

Tribunes ouvertes à Noailles

Ce sont des recueils de témoignages filmés (très peu montés) des habitants de Noailles et autres quartiers de Marseille pour constituer une parole et une mémoire collective après le drame du 5 novembre autour du mal-logement dans la ville. Les films sont réalisés par un collectif de cinéastes solidaires à l’initiative de l’Association des Auteurs Réalisateurs du Sud-Est (aarse.fr)

Vidéos visibles sur la chaîne « Tribune Ouverte Noailles » et sur facebook.com/TribuneOuverteNoailles
demande d’infos  : tribune.noailles@gmail.com

 

Les livres filmés

«Il a été proposé à des étudiants des années 1-2-3 de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence de réaliser un livre filmé (dans le cadre de mon cours sur l’image contemporaine).
Les livres sont souvent des personnages de films : les livres brûlent dans Farenheit 451 de Truffaut, ou bien c’est une noyade intelligible qui se produit dans la fameuse vidéo Incidence of Catastrophe de Gary Hill. Nombreux sont les exemples où l’image a besoin du corps du livre ou de l’expérience de sa lecture. La compagnie a produit par exemple en 2013 Chambre 17 d’Özlem Sulak, autour du livre censuré Sexus d’Henry Miller.
Voilà une sélection de quelques livres filmés réalisés. » P.E. Odin

Ambre Petit Colas : « Mythologie », 5’07’’, 2019 : sur l’extrait “Striptease” de Mythologies de Roland Barthes, Seuil, 1957
Xavier Labesse, 9’32, 2019 : Livre filmé, Gaston BACHELARD , L’eau et les rêves : essai sur l’imagination de la matière, Paris, José Corti, 1942
(liste complète à venir)

L’oubli

une projection double-écran de Paul-Emmanuel Odin 2006 – 23 minutes
Avec : Jonathan Bidot, Marianne Houspie, Laurent de Richemond / conception du programme informatique : Fabrice Métais / Image : David Lasnier / Son : Cécile Guigny ; mixage : Cécile Chagnaud

— Ce n’est pas seulement une image?
— Non, cette image, c’est d’abord une scène nocturne, une scène de théâtre. Cette image, d’ailleurs, est momentanée : elle n’arrive qu’entre un noir initial, et un blanc terminal. Elle passe, et c’est l’enjeu d’une passe.
— De quoi ?
— De la parole dans la nuit.

La nuit du sujet désirant, pris dans l’impossible de sa demande.

— L’image, donc, ne s’inscrit pas définitivement, même si la lumière qui la compose s’est écrite continument.
— Oui, la lumière s’inscrit pour toujours, une fois, mais pour toujours. Mais l’image, dans cette augmentation univoque du temps, de la lumière, passe. Elle se tient dans « l’instant qui ne cesse pas ».
— Elle se désécrit.
— Ombres.
— D’où la parole des personnages rayonne.
— Ombres nécessaires aux voix blanches.

 

This post is also available in: ENG

Share
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!