[exposition hors les murs] André Fortino - Hôtel Formes Sauvages

24 septembre 2015 - Montréal

 

 

à la Fonderie Darling (MONTRÉAL)
vernissage le 24 septembre - exposition jusqu’au 29 novembre 2015
et performance le Jeudi 1 Octobre à 18h

avec le soutien de l’Institut Français + Conseil régional Paca

Fortino à la Fonderie ! André Fortino présente sur un écran de 21 mètres le triptyque vidéo Hôtel Formes Sauvages dont le point de départ est la vidéo-performance fulgurante de l’homme à tête de cochon, Hôtel Dieu.

 

Pour sa première exposition en Amérique, l’artiste français André Fortino présente le triptyque vidéo Hôtel Formes Sauvages (2009-2015), une œuvre qu’il a mis 5 ans à compléter. En plus de ce projet, Fortino réinterprétera une performance qu’il a développée en collaboration avec la chorégraphe Katharina Christl (Le Corps des formes live). Dans le triptyque vidéo et la performance, le langage de la danse et celui des arts visuels se croisent afin d’explorer de nouveaux modes d’écriture du geste.

Transformant la vidéo Hôtel Dieu (2009) en une partition employée afin de créer les deux autres volets, Les Paradis sauvages (2012) et Le Corps des formes (2015), Fortino exploite le statut ambigu du film et son rapport conflictuel au réel et à la mémoire. L’œuvre filmée, réalisée dans l’après-coup de la performance, devient en quelque sorte un document à rejouer, non plus fidèle à sa source mais porteur de multiples interprétations visant à en épuiser les potentialités.

Improvisée, Hôtel Dieu montre un personnage masqué explorant un site désaffecté, chaque pièces et objets croisés sur son passage appelant furieusement une réponse énergique et très physique. C’est en se concentrant dans un deuxième temps sur l’œuvre vidéo que Fortino a vu apparaître les correspondances entre l’environnement abandonné et les gestes spontanés qu’il a suscités, une articulation restée pour lui invisible alors qu’il ne réagissait qu’instinctivement aux lieux. Une forme d’écriture s’est alors dévoilée, ce qui lui a donné l’idée de travailler avec le vidéaste Hadrien Bels à la reprise de chacun des mouvements initiaux, traités comme des objets autonomes de leur contexte de départ, afin de les confronter à de nouveaux paysages, plus cinématographiques. En troisième lieu, Fortino a proposé à Christl, danseuse et chorégraphe, de composer à partir de la vidéo originale une chorégraphie qu’il a d’abord performé devant public avant d’en faire le dernier élément du triptyque. Plutôt que de s’inspirer des gestes et du personnage masqué mis en scène dans Hôtel Dieu, Christl s’est intéressée aux déplacements des objets et du mobilier opérés dans l’espace, mettant davantage l’accent sur les trajectoires, et transformant du même coup Fortino lui-même en un objet. Avec ce projet, l’artiste, qui n’a pas de formation de danseur, a dû se confronter à un autre mode de travail, exigeant de lui un effort de mémorisation, de gestion de sa respiration et de son énergie pour pouvoir maintenir jusqu’au bout l’intensité de sa performance, consistant en l’incarnation des idées d’une tierce personne.

les photographies de l’exposition à la Fonderie Darling :




Voir en ligne : http://fonderiedarling.org/H%C3%B4t...