[atelier] MITSI étape 3 | Mathilde Monfreux et Elizabeth Saint Jalmes

 

 

du 4 au 7 mai pendant le seconde semaine des vacances de Pâques

 

Il y a eu déjà deux stages MITSI à la compagnie (voir ici). Voilà le troisième stage.
Le Mitsi est un objet transitionnel doux qui ouvre l’imaginaire des relations entre les corps par contact. La dimension la plus élémentaire du toucher recouvre et traverse toutes les frontières sociales.
Il est important que le mélange des publics ait lieu, adultes et enfants, amateurs et professionnels danse ou théâtre ou plasticiens etc. pour que les mitsi mettent vraiment en œuvre tout leur pouvoir mitsi d’invention du fugace, de l’imaginaire, toute leur poésie.

INFOS PRATIQUES :
vacance de Pâques du 4 au 7 mai 2015 de 10h à 12h et de 14h à 16h

tarif conseillé par séance : 1€ d’adhésion + 40 € pour tout le stage, ou 7€ par séance
tarif réduits et gratuité possible : nous consulter
Renseignements : Deborah Repetto | public@la-compagnie.org | 04 91 90 04 26

Important ! : Il faut un groupe le plus hétérogène possible (enfant adulte tous publics...).

Lors de ces 4 ateliers nous jouerons avec les sculptures Mitsi, et avec les contours de nos propres corps. De gestes simples (déplacer, ranger, porter, installer) à un travail de présence, nous glisserons parfois vers la danse et parfois vers une intensification du quotidien à travers des expériences en extérieur.

"Mitsi" est un travail de couture, volumes en tissu Lycra crée par Elizabeth Saint Jalmes dont les couleurs évoquent la peau, remplis de bourre d’ameublement polyester. 
Les formes ne sont ni tout a fait abstraites ni tout a fait figuratives. Elles évoquent l’enveloppe du corps, ses charnières et articulations, ses volumes internes et externes.

[atelier] MITSI étape 3 | Mathilde Monfreux et Elisabeth Saint Jalmes from la compagnie, on Vimeo.

Elizabeth Saint Jalmes a créé un module organique-inorganique, le mitsi, forme amorphe en tissu remplie de mousse. Mathilde Monfreux s’engage à ses côtés depuis le début de cette recherche, et propose un travail de corps spécifique à la rencontre avec ses sculptures et décline avec elle des écritures performatives.