Les Ateliers du Regard

 

 

Durant l’année 2001/2002, les ateliers du regard ont été suivis par 8 classes accueillant des enfants du quartier de Belsunce. Les ateliers du regard ont également accueilli de manière ponctuelle des groupes ou classes sur des expositions particulières, dans des contextes précis.
700 personnes environ ont suivi ces ateliers pendant l’année.

 

proposition initiale
La proposition de départ était de permettre aux participants une découverte des arts visuels et de les inciter à élaborer une manière d’être face à l’art à travers des prises de parole, des prises de position.

Des rendez-vous mensuels ont été fixés aux différents groupes. Chaque rencontre était conçue comme un atelier où les participants étaient incités à mesurer de manière formelle les oeuvres qu’ils découvraient, puis à prononcer des jugements personnels, à relier les préoccupations travaillées dans le domaine artistique aux préoccupations quotidiennes de chacun. Chaque rencontre était articulée de manière spécifique en fonction de l’exposition abordée (fabrication de flip-flap, découpage, collage, questionnaires, discussions...). Un « carnet d’explorateur de l’art » fabriqué durant le premier rendez-vous a permis de prendre des notes, d’effectuer croquis et collages tout au long des ateliers. Au fil des ateliers, différentes personnes intervenant dans le champ de l’art ont été rencontrées : designer, photographes, vidéaste, guides, paysagiste.

Les ateliers ponctuels ont été l’occasion de discussions et de réflexions autour des expositions proposées à la compagnie. De nombreux groupes d’adultes se sont prêtés au jeu de la réflexion, et de la découverte.

Le cd-rom regards a été réalisé à partir des réflexions de 3 classes d’écoles primaires. Un ouvrage faisant part des questions et des définitions sur l’art et les artistes posées en atelier sera publié fin 2003 aux éditions la courte échelle.

2002/2003 : de nouvelles formes
Je propose de poursuivre les ateliers du regard à la compagnie durant l’année 2002/2003 avec des partenaires scolaires et associatifs ou sur démarche individuelle. Il s’agira pour cette année de poursuivre les mêmes objectifs en modifiant quelque peu la nature des rencontres.

des ateliers réguliers
Les rendez-vous seront également mensuels (soit environ 10 rendez-vous au cours de l’année). Il s’agira toujours de travailler en ateliers autour des expositions et des évènements programmés à la compagnie, et de se rendre à quelques reprises dans des musées. Les rencontres avec les artistes seront cette année plus élaborée : ces derniers seront amenés à passer une demi-journée auprès des classes, et à trouver des formes pour transmettre au mieux leur travail, leurs réflexions. Ce sera l’occasion pour les participants d’appréhender différents types de pratiques au contact même des artistes.

les mercredis à la compagnie
Tous les mercredis après-midi, des rendez-vous seront proposés aux enfants. Le premier mercredi de chaque mois, un artiste viendra parler de son travail, de sa pratique, il établira une petite programmation vidéo pour les mercredi suivants. Nous pourrons également nous déplacer en fonction du domaine abordé et de la programmation de lieux culturels marseillais.

des ateliers ponctuels
De manière plus ponctuelle, chaque nouvelle exposition sera l’occasion de recevoir de nouveaux groupes pour des ateliers.

des questions sur l’art
Au cours des divers ateliers menés cette année, j’ai pris conscience de l’importance du questionnement, de la fonction qu’il pouvait occuper pour un public non-initié dans l’approche d’une oeuvre, d’une exposition, d’un domaine artistique. Questionner, c’est déjà vouloir comprendre, vouloir comprendre, c’est déjà aller au-delà de la question de l’utilité et de la légitimité. Après un travail mené tout au long de l’année sur la formulation de questions sur l’art auprès d’enfants et d’adolescents, j’ai envie de continuer cette année une recherche auprès d’adultes du quartier de Belsunce. A travers des rendez-vous individuels autour d’une exposition ou simplement au cours d’une conversation, nous nous poserons des questions sur l’art. Il s’agit également pour moi de mieux comprendre quel rapport les individus de Belsunce entretiennent avec l’art, avec quelle forme d’art, et comment cela se traduit culturellement. Il n’est pas question ici d’enquête sociologique ayant pour but une déduction de généralité mais bien d’entretiens singuliers, de la recherche de positionnements particuliers. La forme que prendra la restitution de ces entretiens n’est pas encore fixée, il s’agira soit d’enregistrements sonores, soit de films.

« ...Qu’est ce que c’est l’art ? A quoi sert l’art ? Pourquoi l’art existe ? Pourquoi les oeuvres d’art sont dans les musées ? Combien y a-t-il de peintres dans le monde ? Combien y a t-il de peintres pauvres et combien y a-t-il de peintres riches ? A quoi sert l’art ? Les arts martiaux est-ce de l’art ? Comment être un artiste ? Art plastique sert à comprendre et à dessiner ? Qu’est ce que c’est l’art ? Comment est l’art ? Qui a inventé l’art ? A quoi ça sert ?Combien il y a d’artistes ? Pourquoi ? Je me suis plusieurs fois posé la question est-ce que l’art est tous les verbes je vous pose la question parce que chanter, danser, manger, dormir sont des verbes est-ce de l’art ? Comment est l’art ? Comment on devient un artiste ?... » Questions formulées dans le cadre des ateliers du regard, la compagnie, septembre 2001-juin 2002