La musique inversée - Paul-Emmanuel Odin [conférence]

mercredi 18 juin à 19h30

 

 

au GRIM-Montevideo 3, impasse Montevideo 13006 Marseille
www.grim-marseille.com

Dans le cadre des mercredis de Montevidéo et sur une invitation du GRIM
À l’occasion de la sortie aux éditions Al Dante du livre L’inversion temporelle du cinéma - Tête à queue de l’univers , l’auteur présentera une petite histoire de la musique inversée avec de nombreux exemples (musicaux et cinématographiques).

+ DJ Set de Phono Mundial

 

L’inversion temporelle étourdit le spectateur de cinéma depuis l’invention du cinématographe : les frères Lumière montraient déjà dès les premières projections un mur démoli qui se redresse, ou des plongeurs qui sortent de l’eau et reviennent sur leur plongeoir. 
Comment la musique a-t-elle elle-aussi été depuis longtemps tiraillée dans les deux sens du temps ?
D’abord dans l’écriture des notes, avec les palindromes de Machaut ou de Bach, puis le mouvement à l’écrevisse. 
Arrive ensuite l’enregistrement : un représentant d’Edison, Puscus, fait entendre des voix inversées dans les fêtes foraines. Pierre Schaeffer y verra un procédé qui double le nombre de possibilités sonores : chaque son a désormais une nouvelle apparence. Le phénomène du backmasking consistera à insérer des messages sataniques à l’envers dans certains morceaux de heavy métal (Judas Priest etc.). 
Des groupes comme Avey Tare & Kria Brekkan ou The Fiery Furnaces ont sortis des albums de musique inversée. 
Maurice Joubert, composant la musique de Zéro de conduite de Jean Vigo, avait transcrit à l’envers sa partition pour la faire jouer par un orchestre avant d’en retourner l’enregistrement, sachant que l’envers de l’envers ne rétablirait pas l’endroit et serait propice pour la scène de chahut.
On ira jusqu’aux clips des Pharcyde, de Noir Désir ou de Dépêche Mode qui utilisent des rétrokinésies.

Paul-Emmanuel Odin est programmateur du lieu de création la compagnie, Belsunce, Marseille. Il écrit aussi, enseigne la théorie de l’image à l’école supérieure d’art d’Aix en Provence. Il a obtenu sa thèse de doctorat en 2011 avec cette recherche sur l’inversion temporelle du cinéma. 
L’inversion temporelle du cinéma est son deuxième essai. Son premier essai traitait des œuvres de l’artiste vidéo Gary Hill et de la pensée de Maurice Blanchot : L’absence de livre [Gary Hill et Maurice Blanchot – écriture, vidéo], éd. la compagnie-les presses du réel, 2008, 320 pages.

Moitié du collectif Phono Mundial, Waaterproof mixe et collectionne les vinyles de musiques noires, tropicales et orientales depuis plus d’une dizaine d’années. Une grosse dose d’Afrique de l’Ouest (Highlife, Afro-Funk, Soukous), de musique tropicale (Cadence, Compas, Cumbia), de musiques lusophones (Cabo Verde, Angola) et de rock oriental (Psyché Turc, Libanais, Funk Iranien) croise la Disco de Bollywood et le Séga de l’Océan indien.

http://phonomundial.wordpress.com/
http://www.phono-mundial.com/


Voir en ligne : http://al-dante.org/