La Casa de John Doe

 

 

Jean-Paul Labro construit à la compagnie, La Casa de John Doe, dans le cadre des Instants Vidéo 2008. L’exposition sera inaugurée le jeudi 6 novembre à 18 h. Ouverture du mercredi au samedi de 15h à 19h, jusqu’au 29 novembre 2008 et jusqu’au 20 décembre, sur rendez-vous en téléphonant au 04 91 90 04 26.

 

LA CASA DE JOHN DOE
une exposition de Jean-Paul Labro
avec la collaboration artistique pour la création sonore de Rasim Biyikli et l’assistance technique de Fabrice Cotinat et Guillaume Landron.
une production les Instants Vidéo 2008 en partenariat avec la compagnie,

durée du cycle : 26 minutes et 30 secondes

ouverture du 6 au 29 novembre, du mercredi au samedi de 15h à 19h
et et jusqu’à la fin du mois de décembre, sur rendez-vous en téléphonant au 04 91 90 04 26



À cette occasion, la compagnie, publie un numéro hors série, édition spéciale « Qui est John Doe ? » de son « Validé par », mensuel gratuit de création collective. Sa sortie est prévue pour le 14 novembre 2008, pendant la programmation de projections internationales des Instants Vidéos à la compagnie.
[hors série de validé par : qui est John Doe ?]</a




ENTRETIEN AVEC JEAN-PAUL LABRO


la compagnie, : Jean-Paul Labro, pour ton exposition in situ dans nos locaux, tu as choisi de convoquer John Doe, que représente-t’il pour toi ?


Jean-Paul Labro : « John Doe » est la traduction anglaise de monsieur tout le monde. Transposé en français, « John Doe » est personnalisé. Il devient quelqu’un en restant le monsieur tout le monde des origines anglophones, l’homme de la rue, né sous X, il est le lot commun de tous.


la compagnie, : pourquoi ce titre « La casa de John Doe » ?


J-P. L. : la casa désigne la maison en espagnol et induit une distance par rapport au terme maison de langue française. Cela résonne à la fois comme un exotisme et un fantasme, une maison idéale et rêvée. À l’instar de cette maison imaginaire que se représentent les deux clochards père et fils, du film Dodes’Kaden (1970) d’Akira Kurosawa, la casa est une fabrication mentale, une pure fiction. Dans l’exposition, il y a cette question posée du lieu où l’on vit et son instabilité fondamentale qui est en contradiction avec les valeurs de la propriété et de l’architecture solide. La casa de John Doe, c’est aussi une maison qui est à ciel ouvert.


la compagnie, : qui habite dans la casa ?


J-P. L. : un John Doe qui rêve d’une lointaine casa, l’homme de la rue qui se manifeste, celui que l’on rencontre, que l’on croise, le quidam, l’anonyme.


la compagnie, : parle nous de l’exposition ?


J-P. L. : « La casa de John Doe » pose la question de la personne dans son environnement. Je place au centre de mon expérience artistique la compagnie, son dispositif, et les espaces qui lui sont concentriques, la rue, le quartier, la ville. Il y a plusieurs dispositifs : des bétonnières audio, « Les Bétonneuses », et des projections vidéo sur des « Panneaux-écrans ». « Les Bétonneuses » est une pièce qui se compose de deux bétonnières, l’une est mobile et recueille les voix des habitants dans la ville et dans le quartier de Belsunce. L’autre installée à la compagnie diffuse ces voix enregistrées. « Les Panneaux-écrans » sont des dispositifs de projection vidéo qui rappellent les panneaux d’affichage que l’on trouve installés dans le paysage. Dans l’exposition, il y a deux vidéos où j’utilisent des matériaux issus de fictions cinématographiques et deux bétonnières qui diffusent les éléments sonores prélevés dans la rue. J’ai fait appel au compositeur Rasim Bikilyi qui a réalisé une scénographie musicale de l’exposition, reliant tous les éléments sonores. L’exposition se déploie dans les locaux de la compagnie et à côté, au café de la Paix avec l’accrochage des photos d’Ophélie Koch prises pendant les pérégrinations de la bétonnière.



la compagnie, : pour les « Panneaux-écrans », peux-tu nous parler du travail vidéo que tu as réalisé ?


J-P. L. : dans la première vidéo, les personnages réunis autour d’un feu sont tous des « image-fantômes » du cinéma, ils sont en quelque sorte des sans abris. Le feu de camp suggère un retour au primitif qui inaugure peut-être un nouveau point de départ, un retour aux valeurs essentielles de l’existence. Dans les Westerns d’où sont issues la plupart des scènes que j’ai prélevées, la question de la casa est souvent épineuse. Les propriétaires terriens luttent à mort contre les nomades qu’ils soient indiens ou cow-boys errants, ils leurs opposent toujours leurs valeurs bourgeoises. Le mode opératoire de cette vidéo consiste à filmer mon propre feu pour y intégrer les acteurs qui ont été mis en scène dans un rapport direct aux flammes. Ces scènes convoquent souvent un moment privilégié de pause, de longues plages de silence entre les personnages et de révélations. Et puis il y a la lumière du feu, celle qui éclaire des corps et des visages, et qui nous fait basculer dans le monde de la pensée et du rêve. Rêve de se voir dans l’habit lumineux d’une humanité qui grandit autour d’un même foyer, pensée de celui qui se perçoit en ombre portée sur le mur de la caverne. On est aux origines du cinématographe. Construit selon les règles d’un partage d’univers, j’immisce des personnages devenus miens dans la trame d’un film où, comme dans L’invention de Morel, livre d’Adolfo Bioy Casares, des rencontres impossibles ont lieu dans la seule dimension de l’image.
Dans l’autre film, il s’agit également de scènes prélevées dans l’histoire du cinéma. Des architectures abstraites, des bâtiments industriels, des intérieurs de maison, en feu signifient de manière très claire la dévastation et la perte du foyer. Mais à contrario de cette perte, ces images qui nous montrent la dématérialisation d’architectures peuvent apparaître comme la projection d’un désir. Un désir d’habitat dont les plans sont dessinés sur les traces de sa ruine.



la compagnie, : comment fonctionne « Les Bétonneuses » ?


J-P. L. : ce dispositif sonore simple est composé de deux bétonnières, l’une pose des questions, l’autre y répond. Je fais des captations sonores dans le quartier, dans la ville. J’interroge les gens sur John Doe, ce qu’il signifie pour chacun d’eux. Ils déposent leurs paroles dans une bétonnière, équipée à l’intérieur de sa cuve d’un matériel d’enregistrement sonore. À partir de cette récolte sonore, qui s’est effectuée avec l’équipe de la compagnie, Rasim Biyikli crée une première matrice sonore. La bétonnière audio est déplacée à la force des bras, dans la rue, sur les chantiers qui cernent le quartier de la compagnie. Évidemment, les bétonnières renvoient au répertoire du bâtiment, à la démolition et à la construction. Il y a dans ce dispositif, un glissement de sens qui s’opère, la parole dans la machine est pétrie comme une matière mnésique, elle indique à celui qui l’écoute l’écho d’une voix commune et compose un portrait de John Doe, fluctuant et instable.


la compagnie, : avec « Les Bétonneuses » tu inities, avec notre équipe, un work in progress, comment le conçois-tu ?


J-P. L. : Le travail avec « Les Bétonneuses » va continuer pendant toute la durée de l’exposition. L’équipe de la compagnie continuera de récolter des interviews, ce qui engage l’exposition dans un processus ouvert de création continue.



la compagnie, : comme fonctionne ta collaboration avec le musicien Rasim Biyikli ?


J-P. L. : à cette première étape du projet, Rasim a réalisé une partition musicale et sonore originale d’une durée de 26 minutes, qui intègre les voix enregistrées et le son des films. Il a spatialisé le son et mis l’exposition en musique. Avec l’équipe de la compagnie, nous interrogeons les gens sur l’identité de John Doe. Les réponses sont enregistrées quand les personnes parlent à l’intérieur de la bétonnière. « Les Bétonneuses » vont continuer à s’enrichir de matière auditive. Ce dispositif ouvert, en perpétuel mouvement, est amené à connaître de prochains développements au fur est à mesure des réponses récoltées. La matrice, composée par Rasim Biykli à partir des témoignages des habitants déjà récoltés, constitue la première séquence d’une expérience à renouveler. Le soir du vernissage, l’exposition se prolonge dans le Café de la Paix, avec l’accrochage des photos d’Ophélie Koch, prises pendant l’enregistrement des paroles d’habitants, et avec la présence de la bétonnière audio activée, prête à recevoir de nouveaux témoignages sonores.




JEAN-PAUL LABRO
Jean-Paul Labro est né à Nevers en 1969. Il vit et travaille entre Vic-en-Bigorre, Pau et Bourges. Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieur d’Art de Bourges, il y a enseigné ainsi qu’à l’école d’art de Pau, et enseigne aujourd’hui à l’Ecole Supérieure des arts de la Communication de Pau. Co-fondateur et directeur de la structure et du festival Bandits-Mages de 1992 à 2004 à Bourges, il en assume actuellement la présidence et la co-direction artistique. Il a collaboré avec plusieurs collectifs dont La Valise à Nantes et la galerie du Cartable à Châteauroux.
Jean-Paul Labro crée des environnements, des installations vidéo et des sculptures-machines que l’on pourrait rapprocher de l’univers de Léonard de Vinci ou de Jules Verne. Il est aussi actif dans le domaine de la performance. Ses oeuvres à la fois pesantes et aériennes inversent notre relation habituelle à la matière et aux images qui nous entourent.

À consulter pendant l’exposition : un catalogue et un DVD retraçant ses précédents travaux (Jean-Paul Labro, éditions Un, Deux Quatre, 2007).

Jean-Paul Labro présente aussi dans le cadre des Instants Vidéo, L’homme-bulle (1998 / 2006) une installation et performance aquatique réalisée avec un module d’exploration de surface dans des lieux et temps publics. « Il ne regarde rien ; il retient, vers le dedans, son amour et sa peur : c’est cela le regard. »
du 8 au 11 novembre, de 13h30 à 20h30, à la Cartonnerie (Friche Belle-de-Mai)




RASIM BIYIKLI
Autodidacte, Rasim Biyikli (musicien et compositeur du groupe Man : blog.myspace.com/mantm) est quelqu’un aux multiples ressources. Il réalise depuis une dizaine d’années la musique des dispositifs de Pierrick Sorin, compose la musique de nombreux films dont ceux des frères Podalydès et a déjà une discographie importante. Il a créé un studio de recherche l’H.Q.R, centre de ressources multimédias, et part prochainement travailler en résidence à la Villa Kujoyama de Kyoto, après avoir collaboré avec de grands musiciens japonais tels que Goro Ito, Keiji Haino, Mooshill, Yumi ou le label musical de Tokyo 333.
Pour « La casa de John Doe », il effectue la mise en musique de l’espace d’exposition, et crée la première séquence sonore, véritable matrice des « Bétonneuses ».


un entretien avec Jean-Paul Labro
une émission radiophonique de Xavier Thomas sur Radio Grenouille

LES INSTANTS VIDEO
Retrouvez la programmation complète des Instants Vidéo

Remerciements à Marc Mercier et Naïk M’Sili, Béatrice Daupagne, Ophélie Koch, Thomas Gérard, au Café de la Paix, et toutes les personnes qui ont parlé dans la bétonnière...