"Fragments épars d’une intensité sur place", un essai vidéographique en cinq parties réalisé par François Billaud.

 

 

Dans le cadre d’Act’Oral

Projection des parties 1 et 2
première partie :
du mardi 2/10 au dimanche 7/10/12
deuxième partie :
Du mardi 9/10 au dimanche 14/10/12

 


Calendrier des projections

première partie :
fragments # 01 - # 57, durée 5h20 mn

Mar 2 oct 17h fragments #01-#21 durée 1h26
Mer 3 oct 17h fragments #22-#29 durée 1h13
Jeu 4 oct 17h fragments #30-#41 durée 1h25
Ven 5 oct 17h fragments #42-#57 durée 1h12

Dim 7 oct fragments #01-#57 : durée 14h30—> 21h
(avec 3 pauses, goûter, diner)

deuxième partie :
fragments # 58 - #146, durée 6h10 mn

Mar 9 oct 17h fragments #58-#77 durée 1h26
Mer 10 oct 17h fragments #78-#98 durée 1h20
Jeu 11 oct 17h fragments #99-#122 durée 1h42
Ven 12 oct 17h fragments #123-#146 durée 1h34

Dim 14 oct fragments #58-#146 : durée 14h30—> 22h
(avec 3 pauses, goûter, diner)
_
Un projet fou !
Un dispositif visuel de trois flux d’images mises bord à bord, comme un triptyque, en rapport de continuité ou de disjonction, composant un seul écran de format panoramique qui déborde le champ visuel moyen du spectateur.
Cinq parties découpées en une série de fragments, chaque partie dépassant les cinq heures environ de projection.
Une installation pensée pour accueillir les spectateurs et les accompagner dans cette polyvalence des perceptions.
Un lieu : Marseille et plus spécifiquement, une zone dans Marseille située sur la ligne de bus du 83 qui longe la côte de la cité phocéenne, une zone de frottement entre la ville, la mer et le ciel où François Billaud va revenir régulièrement recueillir ses images.

Une « oeuvre ouverte »
OEuvre ouverte donc parce que le spectateur a cette liberté donnée de cheminer à travers ce flux d’images et de créer ses propres connections, ouvrant ainsi des passages conscients ou inconscients au gré de ce qui lui est donné à voir.

Une aventure de l’involontaire
Cet homme à la caméra part en quête de visions. Son expérience est empirique et passe par une improvisation continuelle : elle joue du hasard des circonstances.

Une quête en devenir
Dix ans se sont écoulés depuis les premières images réalisées dans un périmètre ciblé (1ère et 2ème parties), qui s’est peu à peu étendu et ouvert à la ville immense,
inachevée, fracturée, bricolée.
_
La troisième partie sera dévoilée au printemps 2014 avec nous l’espérons, une projection en plein air à Marseille dans le quartier de Belsunce..