Explorateurs de l’art | Carnets

 

 

voulez-vous répondre à une question ? je me suis plusieures fois posé la question est-ce que l’art est tous les verbes je vous pose la question parce que chanter, danser, manger, dormir, sont des verbes est-ce de l’art ?
En 2002, suite aux ateliers du regard de Johanne Larrouzé, a été édité Explorateurs de l’art | Carnets (avec La courte échelle).

 

Les mots et entretiens contenus dans ce livre sont les traces des ateliers du regard proposés à la compagnie de septembre 2001 à juin 2002. Ils ont été suivis pas 8 classes accueillant des enfants du quartier de Belsunce, au rythme d’un rendez-vous par mois. A travers ces ateliers, j’avais le désir de mettre au travail la place du spectateur en résistant pour une fois à toute tentative de pratique artistique. Mettre en œuvre des questionnements comme autant de bases d’une construction individuelles, d’analyses et de jugements personnels pour se créer ses propres postures, ses propres manières d’être dans une relation à l’art. Au fil des rencontres, les enfants et adolescents ont pris la parole sur des installations, des peintures, des vidéos, dégageant peu à peu des formes, des textures mais surtout des zones troubles qu’ils ont tenté de nommer et d’interroger. Suspendre pour un instant son jugement et rentrer dans les histoires que nous proposent les œuvres, les relier avec nos préoccupations quotidiennes. Placer l’art dans sa propre vie.

La première partie de ce livre est issue d’entretiens réalisés en septembre, alors que nous tentions de donner des définitions au mot « art », au mot « artiste ». Définir pour poser là quelques lieux communs ou quelques incertitudes, définir pour poser les bases de nouvelles interrogations, peut-être simplement comme moyen de reformulation. Ces questions auxquelles nous n’avons jamais donné de réponse définitive ont guidé durant six mois nos explorations en se déclinant et en se complexifiant : quest-ce que l’art ? Qu’est-ce qu’un artiste ?

De nouvelles définitions suivent, écrites par des enfants de CE2 au mois de juin et signées cette fois. Ces phrases courtes, presque abruptes participent de ce même processus de dépôt de micro-certitudes.

La dernière partie est extraite des carnets des enfants qui ont bien voulu au mois de juin mettre en commun les questionnements personnels d’une année - ces carnets étant à l’origine des espaces d’expression privés

J’ai volontairement extrait les mots présents ici d’autres réflexions et analyses plus contextuelles sur tel artiste ou telle exposition, pour ne garder que cet oscillement entre affirmation et doute, pour poser et reposer encore la question.

Johanne Larrouzé