Ex Nihilo. Passants

 

 

Passants est un projet qui se déroule sur toute l’année, ne prend pas nécessairement de forme spectaculaire mais celle de multiples interventions dans le quotidien, solos, duos, dans les espaces publics du quartier. Ces interventions seront écrites après une période de recherche et d’échanges qui verra se dérouler à la compagnie ateliers et cours, présentations publiques de vidéo-danses, d’expériences similaires concernant la présence de danseurs dans des quartiers…

 

En 2001, la compagnie a accueilli le collectif de danse ex nihilo en résidence pour la création de Salida. Les échauffements, le travail de création et les répétitions publiques se sont échelonnés sur une durée de 3 mois. La forte visibilité de leur présence dans le quartier et les nombreuses relations entretenues lors de ces moments avec des gens du quartier ont amené ex nihilo à proposer pour 2002 un projet de création spécifique.

Danser dehors... c’est risquer la danse contre l’ordre bâti, les murs, les pavés, le bitume, le temps, les intempéries, l’imprévu. Défendre sa fragilité et révéler sa force aussi. C’est habiter des espaces inattendus, invisibles dans la réalité quotidienne. Le mouvement revendiqué comme prise d’espace, acte poétique ; des « graphes » danseurs pour lire la ville autrement. C’est proposer des façons d’être ensemble, de marcher, de se croiser, de regarder l’autre. Une ouverture. Les danseurs se nourrissent du spectacle incessant de la ville et des ses occupants. En retour, ils ont, pour des publics instantanés, des multiplicateurs d’espace, de gestes, de trajectoires. Fragments de possible...
Guidé par une réflexion sur le rapport au public, le collectif cherche une nouvelle façon de s’adresser à cet autre regard, de l’impliquer dans son processus de questionnement. De qui est composé le public dans une intervention urbaine ? Bien sûr, il y a en premier lieu les habitants, un rapport de proximité, puis il y a ceux que l’on veut convier, prévenir, qui ne viendront pas par hasard. Pour ex nihilo, les interventions prennent corps lorsqu’il y a interaction avec le public, poussant sans cesse à la recherche de nouvelles formes d’invitation, de communication.

trois rendez-vous vidéo à 17 h à la compagnie

- le 15 octobre  : Loin de là de Paul Emmanuel Odin, Carnet de bord de mer de Pôm Bouvier, deux vidéos-danse d’ex nihilo

- le 8 novembre : Ellis Island de Meredith Monk, Récits d’Ellis Island de Georges Perec et Robert Bober

- le 26 novembre
A propos de Nice
un film de Jean Vigo, 1930 - 24’
Cia Bella Cia
un film de Laurence Rebouillon, 2002 - 7’
Reine d’un jour
Vidéo de Pascal Magnin, 1996 - 25’

- le vendredi 15 novembre et samedi 14 décembre à 17h :
performances autour du travail en cours

- le samedi 7 décembre
Dans le cadre de sa résidence, ex nihilo invite :
Palimpseste, un solo de Karin Vyncke
s’asseoir, hésiter, partir, revenir, douter
un parcours répétitif
un personnage incertain, qui se perd dans
le labyrinthe de ses propres traces
les traces restent, le passé est visible
rien de ce qui s’est passé n’est effaçable
on empile
Palimpsest est une performance en hommage à Choreh Feyzdyou,
plasticienne iranienne décédée en 1996

Concept et performer : Karin Vyncke
Vidéo : Stefan Zeygen
Musique : Niedos Roseeuw
Costume : Sabine Oosterlynck

Des rendez-vous dansés
Interventions dans les rues de Belsunce
jusqu’en décembre, les dates et les lieux sont affichés à l’entrée de la Compagnie (hotline 06 87 22 50 46)

stage et training :
- du 25 au 30 novembre,
Stage intitulé « Le danseur habité », donné par Jean-Antoine Bigot et Christoph Schütz
- Trainings : de 10 h à 12 h du mardi au vendredi
renseignements : 04 91 42 02 87


Ex nihilo est soutenu par la ville de Marseille, le Conseil Général 13, la région et la DRAC PACA et le DSU.