]Dépôt légal[ : l’intraitable numéro zéro

 

 

Pour ce premier numéro réalisé en mai 2006, la direction artistique a été confiée à Jean-Luc Moulène, dans le cadre de l’exposition qu’il a proposée à la compagnie, ] papiers imprimés [ (1982-2006).

 

] Dépôt légal [
l’intraitable numéro zéro
Alexandre & Daniel Costanzo - Manuel Joseph - Jean-Luc Moulène - Marc Touitou


Pour ce premier numéro réalisé en mai 2006, la direction artistique a été confiée à Jean-Luc Moulène, dans le cadre de l’exposition qu’il a proposée à la compagnie, papiers imprimés (1982-2006).
Jean-Luc Moulène travaille depuis 25 ans la question de l’image imprimée sur tous les supports, du 4 par 3 au set de table en passant par des éditions spéciales de quotidiens à gros tirage (comme Le monde ou Ouest-France).
] Dépôt légal [ est un agencement collectif de toutes sortes d’écritures, philosophiques et pamphlétaires (Alexandre et Daniel Costanzo), poétiques (Manuel Joseph), graphiques (Marc Touitou) et photographiques (Jean-Luc Moulène) qui viennent problématiser la puissance de l’anonyme dans son rapport à la loi. Le point de départ a été une série de photographies prises sur une dizaine d’années dans un tunnel où une correpondance écrite à même le mur donne lieu à des réglements de comptes sur un mode infâme.


Extrait du prière d’insérer
Qu’est-ce qui se joue dans les conditions de production et de reproduction de l’œuvre, du document, de l’affiche, du tract ou du poème ? Quels rapports déliés se creusent entre la légalité juridique, symbolique ou imaginaire du visible et du lisible et cette puissance sourde sommeillant dans les archives ? Et où commence à bégayer le papier imprimé ? Ce sont au fond ces questions et ces écarts qui viennent circuler entre la photographie d’une bouteille d’encre noire et celle de la photocopie d’une page de Lautréamont, le déroulé des inscriptions d’un produit de Palestine, la notice renvoyant au corps d’Holger Meins et l’écriture sur les murs d’un homme infâme ou encore le bourdonnement de ces mouches qui embêtent Manuel Joseph ou celui de la folie, des délinquants, des anormaux ou des soulèvements qui hante la pensée de Michel Foucault. Il y a ainsi, dans l’œuvre de ce dernier, qui se glisse très exactement entre la loi et les corps qu’elle produit et brise, une passion qui consiste à inscrire et éprouver le souffle du réel dans la poussière des archives, à tenter de lui donner littéralement un « corps » qui se fixe comme un espace fuyant. S’approprier un espace fuyant, c’est cela que fait Michel Foucault, s’approprier dans la rumeur des archives, le lieu fuyant d’une puissance de vie. Or au fond, c’est également cette passion que déroule notre objet, Dépôt légal, une puissance de l’anonyme qui vient excaver la légalité du visible et du lisible.

Alexandre et Daniel Costanzo

Sommaire :

  • Documents / Encre, Jean-Luc Moulène
  • extraits de [anonyme], Le tunnel, documents de Jean-Luc Moulène
  • La puissance de l’anonyme, Alexandre et Daniel Costanzo
  • Gendarmerie, Offre d’emploi (cf. La gueule de l’emploi)
  • La querelle des mots, anonyme
  • Documents / Trottoir liquide, Jean-Luc Moulène
  • Extrait de Isidore Ducasse, Poésie I
  • Extrait de Trente-neuf objets de grèves présentés par Jean-Luc Moulène, Holger Meins, notice de Viviane de Tapia
  • Extrait de 48 produits de Palestine, Pâtes alimentaires, relevé des mentions
  • No Foto, Jean-Luc Moulène en collaboration avec Laurent Pfister, Anne- Geneviève Hakim, Frédérique André-Rafatjah
  • Un dépal légal, des dépaux légaux, Manuel Joseph
  • Documents / Eclipse, Jean-Luc Moulène
  • Les bégaiements de l’imprimerie, Alexandre et Daniel Costanzo
  • Documents / Necro-Typo, Jean-Luc Moulène