"Bascule", Estelle Fredet / la revue L’inventaire -"identité"

 

 

Le 14 avril, Estelle Fredet sera là pour présenter son film Bascule. Le 15 avril, le nouveau numéro de la revue L’inventaire, intitulé "identité", est l’occasion d’une rencontre avec deux fondateurs de la compagnie, Estelle Fredet et Thierry Crombet, d’une lecture de Mathieu Provansal, et d’une performance culinaire du collectif "le texte mangeable".

 

jeudi 14 avril à 20h
en présence de la réalisatrice

Bascule, 35’, 2005
Un film écrit et réalisé par Estelle Fredet
Fiction tournée en Super 8 couleur avec
des photographies N/B, montage numérique

Un homme et une femme se rencontrent à la terrasse de l’Ancien Casino de Hendaye. Il est guide de musée au château d’Abbadia. Elle travaille dans une
papeterie à Errenteria en Espagne.
Un récit aux allures de fable intemporelle, activé par un essai de Montaigne sur le vrai et le vraisemblable (« Des boîteux ») et la sorcellerie en pays basque.
Les diverses strates de représentation que sont le souvenir, le rêve, le fantasme, l’œuvre d’art, se succèdent par l’image ou le texte, comme autant de seuils et de passages entre les personnages, comme autant de fantômes, de doubles, de
modèles d’autorité et d’ambivalence à expulser pour que se libère la puissance
du désir.

Vendredi 15 avril à 19h

Venez découvrir le nouveau numéro de la revue
L’inventaire - « identité »

Rencontre-discussion avec Thierry Crombet, Estelle Fredet et deux auteurs ayant participé à la revue, Mathieu Provansal,
Paul-Emmanuel Odin

Lecture de Mathieu Provansal de son texte
“Should I stay or should I go ?”

Performance culinaire du collectif Le texte mangeable

Conception et montage :
Thierry Crombet,
Estelle Fredet,
P.-E. Sorlin

La déambulation urbaine et l’appropriation critique de documents et d’archives constituèrent en 1992 le point de départ de L’inventaire à la compagnie. La neutralité empruntée au style documentaire fit coïncider l’un et le multiple. Ensuite les tensions entre le je et le nous laissèrent apparaître des propositions singulières, ainsi qu’en témoignent le numéro 3&4 qui interrogeait la notion de travail.

Aujourd’hui, ce numéro sur le motif de l’identité apparaît comme le résultat d’un parcours qui a commencé à la compagnie (Marseille) et qui a été mené à terme par L’invitation (Paris), qui prend désormais le relais de l’édition.

L’irréductibilité de l’identité, personnelle et collective, à une seule notion, et la question de ce qui nous tient ensemble, ont incessamment mis à l’épreuve la constitution de ce numéro jusqu’à son existence.

Ce souci de l’identité composite prend la forme d’un déroulement fait d’intervalles et de contradictions. Lors de la traversée, on peut a posteriori y déceler l’agencement aléatoire de trois polarités :

LE MOUVEMENT, L’AFFIRMATION, L’ECLATEMENT.

Au sommaire du numéro :
Jean-Christophe Nourisson
Paul-Emmanuel Odin
Florence Lazar
Dybex
Béatrice Rettig
Nikola Chesnais
Estelle Fredet
Mathieu Provansal
Nathalie Marchetti
Jean-François Lemporte
éden éditions
Roselyne Roche
Pierre-Lin Renié
Thierry Crombet